La réglementation de la vente du pain demeure un véritable casse-tête pour l’Etat. Malgré les initiatives prises, la vente de pain dans les boutiques est toujours notée.
Toutefois, selon la Rfm, les associations consuméristes attendent des mesures fortes de la part des autorités.
Pour le président de l’Association des consommateurs du Sénégal (Ascosen), l’anarchie dans le commerce de la baguette résulte d’une mauvaise mise en œuvre. Cela bien avant la pandémie.
« L’approche qui a été faite par le ministère du Commerce n’est pas bonne, parce que sur le décret initial, il n’était pas interdit de vendre du pain dans les boutiques, mais c’était d’interdire la vente dans les boutiques, s’il n’y a pas d’aménagements spécifiques, et cela a créé une situation encore pire», a-t-il fait savoir.
Le chef du Service régional du commerce de Dakar s’explique
Mais d’après le chef du Service régional du commerce de Dakar, certains boulangers sont eux-mêmes à l’origine de ce désordre dans la distribution du pain.
Par ailleurs, Omar Diallo indique que la date limite de processus de réglementation du secteur de la boulangerie est en cours.
«Nous sommes en train d’y travailler. Le problème majeur était que l’architecture administrative qui devait s’occuper de cela devait être parachevée par une création de comités régionaux. Ce que le gouverneur de Dakar a créé maintenant», dit-il.
Avant de faire remarquer : «C’est la dernière phase pour faire appliquer les sanctions en la matière, notamment fermer toutes les boulangeries qui ne s’y conformeront pas. Imaginez, aujourd’hui, nous sommes à 1 800 boulangeries et il n’y a que 14 qui sont déclarées. Sommes-nous en mesure de fermer plus de 100 boulangeries ? Ce n’est pas possible.»

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here