Le 31 mai 2002, à Séoul, le Sénégal affrontait, en match d’ouverture de la Coupe du monde de football, la France, championne du monde en titre. Une rencontre historique soldée par une victoire de la bande à Henry Camara, Khalilou Fadiga et El Hadji Diouf. 

Les Lions de la Téranga, qui disputaient leur première phase finale, avaient surpris le Onze Français, grâce à un but de Pape Bouba Diop marqué en première mi-temps.

Le milieu de terrain français Emmanuel Petit, qui a remonté le temps, a le sentiment, juste après la fin du match, d’avoir été victimes des “sorciers sénégalais”.

“Les marabouts ont contribué (éclats de rires). Je vais vous raconter une anecdote : un an avant la Coupe du monde en Corée, je suis sur une plage en France. Je vois un vendeur à la sauvette qui vient me voir et que je connaissais. Il me regarde sérieusement et me dit : tu sais la Coupe du monde qui se joue dans un an, la France va jouer le Sénégal et va perdre par un but à zéro, parce que nos marabouts sont très puissants au Sénégal. Vous allez voir, ça m’est venu à l’esprit et je me suis dit peut-être que la France a été maraboutée”, a-t-il déclaré dans un entretien avec Record.

Il ajoute : “On a eu beaucoup de malchance dans ce match. On a tapé les poteaux et la barre transversale plusieurs fois. Il ne manquait que ce but.”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here