La commission sanitaire de Hubei a fait état de 1 843 nouveaux cas
d’infection, ce qui marque une chute par rapport au nombre annoncé
samedi.
Après la mort de 139 personnes dans la
province de Hubei (centre), berceau de l’épidémie, le bilan du nouveau
coronavirus, appelé Covid-19, en Chine continentale a dépassé dimanche
16 février la barre des 1 600 morts. La France a fait état, la veille,
du premier décès dû au nouveau coronavirus en dehors d’Asie.

Lire aussi  Un touriste chinois de 80 ans, infecté par le coronavirus et hospitalisé en France, est mortDans
son bilan quotidien, la commission sanitaire de la province Hubei a
fait état de 1 843 nouveaux cas, ce qui marque une chute par rapport au
nombre de nouveaux cas annoncé samedi.
Le
principal foyer d’infection hors de Chine reste le paquebot de croisière
Diamond Princess, en quarantaine au Japon : 285 cas de contamination y
ont été confirmés, dont 67 nouveaux cas annoncés samedi. Quelque 3 700
passagers et membres d’équipage restent confinés dans leurs cabines. Un
porte-parole du département d’Etat américain a annoncé que les
ressortissants des Etats-Unis se trouvant à bord seraient évacués et
subiraient une quarantaine de deux semaines à leur retour sur le sol
américain.
Des inspections de l’OMS sur le terrain

Une
équipe internationale d’experts de l’Organisation mondiale de la santé
(OMS) doit arriver à Pékin ce week-end pour une mission commune avec
leurs homologues chinois. Ils réaliseront des inspections sur le
terrain, passeront en revue les mesures de prévention, visiteront des
centres de recherche et formuleront des recommandations pour contenir
l’épidémie, a précisé un porte-parole du ministère chinois de la santé,
Mi Feng.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi  « Le pangolin tient-il sa revanche avec le nouveau coronavirus ? »«
La Chine fait gagner du temps au monde. Nous ne savons pas combien de
temps », a de son côté déclaré le directeur général de l’OMS Tedros
Adhanom Ghebreyesus, dans un discours samedi à Munich où se déroule une
conférence internationale sur la sécurité. « Nous demandons à tous les
gouvernements, toutes les compagnies et tous les médias de travailler
avec nous pour faire retentir le niveau d’alarme requis sans attiser les
flammes de l’hystérie. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here